Fibres naturelles d’origine animale

  • la laine : de mouton, de chèvre, de chameau, de lama, de yak …
  • la soie : ver à soie (de culture ou sauvage), d’araignée, de mollusque marin

Fibres naturelles d’origine végétale

  • le coton et le kapok : fibres de bourre
  • le lin, le chanvre, la jute, la ramie : fibres de tige
  • le raphia : fibres de feuille
  • le coco : fibres de fruit

Fibres chimiques d’origine artificielle (cellulose)

  • la viscose, les acetates : cellulose de bois, d’algues, de déchets de coton, de végétaux (soja, maïs), de caséine de lait

Fibres chimiques d’origine synthétique (pétrole)

  • l’acrylique, les polyamides, les polyesters, les élastomères, le modal …

Vocabulaire technique

  • Le titrage : indique la grosseur d’un fil, c’est le nombre de kilomètres pour 1 kg de fil
  • La torsion des fils : elle augmente la solidité des fils

une torsion faible donne un fil souple mais peu résistant (fils mèches) une torsion forte donne un fil solide mais raide

L’assemblage :

  • un fil simple est le résultat de l’assemblage par torsion des fibres textiles entre elles
  • un retors est le résultat de l’assemblage par torsion de deux ou plusieurs fils simples
  • un cable est le résultat de l’assemblage par torsion de deux ou plusieurs fils retors

Les traitements et finitions :

  • le mercerisage : traitement chimique qui donne au fil brillant et résistance accrus
  • la teinture : colore les fils dans la masse (en top), ou sur cône après filature
  • le glaçage : fibres enduitent de matière cireuse pour les souder et rendre le fil plus glissant et solide.
  • le grattage : opération mécanique qui consiste à gratter la surface du fil pour lui donner plus de gonflant.

Caractéristiques d’une fibre animale

Le crochet et le lustre

L’enveloppe extérieure de la fibre, la cuticule, présente des écailles. Si celles-ci sont recourbées vers l’extérieur, elles assurent une bonne cohésion des fibres les unes aux autres. On dit que la laine a du crochet : elle sera plus facile à filer et plus douce.

Par contre, si les écailles sont recourbées vers l’intérieur, on dit que la laine a du lustre: elle aura un aspect plus brillant, plus réfléchissant. (Le poil a plus de lustre, et la laine plus de crochet.)

La finesse et la longueur

Le diamètre de la fibre est mesuré en micron (1 mètre divisé par 1 million) et sa longueur en mm. 

Ces éléments déterminent la finesse d’une toison et varient en fonction de l’endroit où se trouvent les fibres et en fonction de l’animal.

La densité et la couverture 

La quantité de fibres au cm2 représente la densité de la toison. Elle se contrôle manuellement, en écartant la laine sur les flancs de l’animal.

La couverture est aussi importante, c’est-à-dire l’étendue de la laine sur l’animal, sur les pattes, sur la tête. Donc de la densité et de la couverture dépendra le poids de la toison.

Le crimp 

Le crimp est un terme anglais qui signifie le frisé naturel de chaque fibre. 

On parle aussi de crawl, c’est-à-dire d’ondulation. Il donne de l’élasticité à la fibre, de la souplesse. Il permet au produit fini de ne pas trop se relâcher, s’étirer.

Fiche matière d’origine animale

La Laine

La laine est une fibre kératinique issue de la toison des moutons. La laine récupérée après la tonte est ensuite lavée, cardée puis peignée. 

Les laines à fibres courtes ( 4 à 6 cm ) et plus grossières sont seulement cardées et les laines à fibres longues ( 6 à 25 cm ) et fines sont également peignées puis filées après différents procédés de préparation. 

Ce sont la longueur et la finesse d’une fibre qui déterminent sa douceur. La laine mesure en moyenne 24 à 34 microns et la laine grossière environ 40 microns.

La fibre de laine emprisonne une grande quantité d’air ce qui en fait un parfait régulateur de température, chaude, douillette et isolante. Par temps chaud, elle permet au corps de garder une température stable et d’évacuer la transpiration

Quand la température se refroidit la laine conserve la chaleur corporelle tandis que le coton et les fibres synthétiques refroidissent immédiatement et entraînent des pertes calorifiques. La laine a également un pouvoir feutrant et hypoallergénique

Sa grande élasticité et souplesse sont d’autres de ses atouts: c’est une matière qui ne se déforme pas à condition de respecter quelques petites précautions de lavage.

Entretien

La laine peut se laver à la machine programme laine (avec un essorage maximal de 400 T/mm) mais avec d’infinies précautions et privilégiez une « lessive spéciale » respectueuse des qualités physiologiques de cette matière animale sans égal. 

L’utilisation du sèche-linge à basse température est toujours possible mais préférez un séchage à l’air et surtout à plat pour éviter toute déformation.

Le Cachemire

La chèvre cachemire (Capra Hircus) comme son nom l’indique est originaire du Cachemire, des hauts plateaux himalayens du Ladakh et du Tibet. Elle a développé une épaisse toison laineuse recouverte de longs poils pour se protéger du grand froid qui peut atteindre -40°C dans ces régions. 

Sous le jarre se trouve le tiflit ou duvet aux fibres longues (longueur 25 à 50 mm) et fines (diamètre 14 à 20 micron), ce qui confère à la laine une extrême douceur, légèreté et élasticité. 

Au printemps  les chèvres muent naturellement. Elles sont alors peignées pour récupérer la laine qui est ensuite nettoyée afin de séparer le duvet des poils durs et de toutes les impuretés. Cette opération élimine environ 80% du poids initial de la laine. Une chèvre de cachemire ne donne donc que 50 à 80 grammes de duvet, c’est-à-dire qu’un simple pull cachemire nécessite le duvet de 5 chèvres !

Les fibres sont ensuite blanchies et travaillées comme la laine.

Entretien

Ne portez pas vos vêtements en cachemire plus de 2 à 3 jours consécutifs. Alternez-les le plus souvent possible afin de laisser les fibres se reposer et se reconstituer pour qu’elles gardent toute leur souplesse.

N’hésitez pas à laver vos pulls cachemire. Le cachemire aime l’eau et en a besoin pour garder sa douceur et sa souplesse, mais aussi pour retarder l’apparition de bouloches.

Favorisez le lavage à la main mais vous pouvez également faire un lavage en machine programme laine avec un produit spécial laine. Essorage très lent et séchage à plat sur une serviette.

L’Alpaga

Richesse de l’héritage Inca, l’Alpaga est domestiqué en Bolivie et au Pérou

Son poil est long (de 15 à 20 cm) et fin (autour de 20 microns) ce qui lui confère douceur et moelleux.

Fibre précieuse, plus douce, plus chaude, plus résistante et plus légère que la laine de mouton, l’Alpaga est ainsi reconnue au niveau international comme l’une des fibres les plus fines et luxueuses au monde.  

Les fibres prélevées sur les flancs et le dos qui sont les plus fines, serviront pour le filage. Les fibres prélevées sur les autres parties du corps qui sont plus courtes serviront pour le feutrage.

L’Alpaga offre la plus grande diversité connue de coloris naturels, à savoir vingt-deux nuances.

Entretien

Peu fragile mais sensible à l’hygrométrie comme la plupart des matières naturelles, il se nettoie de préférence à sec. Mais n’ayez aucun regret : il le vaut bien !

Toutefois, ses fibres ne retenant pas la poussière ni les corps gras, il ne nécessitera pas dans des conditions d’utilisation normales, de nettoyages fréquents. 

Si vous décidez de le laver, c’est avec beaucoup de précaution, exclusivement avec une lessive spéciale laine et en utilisant le programme laine à 20 °C avec un essorage faible et un séchage à plat.

Le Mohair

Le Mohair (poil de la chèvre Angora) est originaire de Turquie et son élevage est pratiqué aux USA et au Cap, également en France mais en très petite quantité.

Constituée de kératine, la fibre mohair est blanche, lisse, lustrée et très solide.

Les poils sont longs (15 à 35 cm), très fins (20 à 26 microns) ce qui leur confère une grande douceur ainsi qu’une très grande légèreté. Ils sont naturellement lustrés grâce aux écaillent de la fibre recouverte d’innombrables petits miroirs qui réflechissent la lumière. La disposition des écailles fermées facilite la teinture du Mohair ce qui garantit une bonne conservation des couleurs dans le temps

Cette fibre solide, évacue naturellement l’humidité et ne conserve pas les odeurs.

Le Mohair est une fibre naturellement thermorégulante, respirante et a un fort pouvoir isolant thermique ce qui la rend agréable à porter en été comme en hiver.

Les fibres de la laine Mohair ont tendance à retrouver leur forme bouclée originelle : c’est d’ailleurs ce qui lui assure son gonflant particulier.

Entretien

Fibre soyeuse, infroissable, le mohair retient très peu les saletés, marque peu les tâches, et ne conserve pas les odeurs. S’il est préférable de l’entretenir à sec, la laine Mohair peut toutefois se laver. Le lavage peut se faire à la main mais aussi en machine si votre machine dispose d’un programme “laine” ou “linge délicat”.

Le séchage se fera à plat, sur une serviette éponge, loin de toute source de chaleur et de lumière. A proscrire absolument : le sèche-linge et le fer à repasser.

Le mérinos

Le Mérinos est une race de moutons originaire d’Australie dont l’élevage se poursuit en Espagne et en Provence et dont la toison dense et bouclée donne une laine abondante, élastique et très résistante.

Le Mérinos d’Arles, croisement entre les moutons d’Arles et les Mérinos importés d’Espagne, est incontestablement la plus belle laine de France et sa finesse est comparable à celle du Cachemire.

Très douce et soyeuse, la laine Mérinos est trois fois plus fine (15 à 17 microns) que la laine traditionnelle et donc ne pique absolument pas. Cette finesse (les autres laines de mouton ont un diamètre de fibre moyen de 37 microns) fait que les tenues en laine mérinos sont ultra légères, sèchent très vite, isolent mieux, ne grattent pas et sont infroissables. Elle est aussi régulatrice en température.

Entretien

La laine Mérinos se laveà la main ou en machine en programme “laine” ou “linge délicat”, avec une lessive douce “spéciale laine”. Séchez toujours à plat sur une serviette éponge afin d’éviter toute déformation.

La Soie

La soie est connue depuis la nuit des temps comme une matière naturelle précieuse, d’une qualité exceptionnelle et anallergique.

D’origine animale, le fil de soie est obtenu après le dévidage du cocon fabriqué par la larve d’un papillon. 

Elle peut être de mûrier pour la soie de culture ou de chêne (soie Tussah) pour la soie sauvage mais aussi d’araignée ou marine.

Le fil de soie est très long (de 700 à 1200 m), très fin ce qui lui procure la légèreté et la brillance. Il est souple avec une certaine élasticité ce qui le rend infroissable, et solide (trois fois plus que la laine). Son pouvoir calorifique et ses caractéristiques thermiques permettent de rester au frais pendant les mois d’été et de garder la chaleur l’hiver. 

La bourette de soie est l’ensemble des fibres courtes de soie naturelle recueillis lors du peignage. Son aspect est proche du coton, légèrement granuleux et mat, mais il reste très doux au toucher.

Entretien

Au chapitre, « les mythes ont la vie dure », l’impossibilité de laver la soie occupe le Top 5 ! Evidemment, il n’en est rien : la soie peut se laver jusqu’à 30°, idéalement à la main mais néanmoins en machine si nécessaire dès lors que l’on utilise une lessive respectueuse de ses fibres et un programme linge délicat.

Le séchage doit se faire à l’air libre (sans exposition directe aux rayons du soleil) et de préférence à plat.

Fiche matière d’origine végétale

Le coton

Connu et utilisé depuis la haute antiquité des régions tropicales d’Afrique aux mystérieuses contrées d’Asie, le coton est une fibre végétale provenant de graines de cotonnier et plus précisement du duvet, bourre fibreuse qui les entoure.

La cueillette est généralement manuelle, la fibre de coton est ensuite égrenée, nettoyée, séparée des graines et travaillé jusqu’à sa transformation en fil.

Sa longueur et sa finesse varient en foction de ses origines. Il existe plusieurs types de coton, le plus beau venant d’Égypte avec des fibres appelées longues soies de plus de 32 mm et soyeuses.

Hypoallergénique, hygiénique et capable d’absorber environ 10% de son poids en eau, le coton a d’innombrables qualités. Il a une grande souplesse, une bonne résistance mécanique (mais moins que le lin). Son pouvoir calorifique est moyen (entre le lin et la laine) mais il peut être augmenté par grattage.

Idéal en toute saison, le coton est confortable et solide mais il est relativement froissable.

Entretien

Le coton s’entretient aisément. Il peut se laver sans risque de rétrécissement. Le coton blanc peut bouillir et se laver jusqu’à 90°C, à l’instar des cotons couleurs « grands teints ». Les autres cotons couleurs supportent aisément des températures de lavage pouvant aller jusqu’à 60°C.

L’essorage ne leur fait pas peur tout comme le séchage mécanique ou le repassage dès lors que la température reste adaptée aux préconisations mais il est préférable d’utiliser une pattemouille afin de ne pas écraser la maille.

Le Lin

Fibre végétale de la famille des Linacea extraite de la tige du linum, le lin est principalement cultivé en Europe et en France. Réputé notamment pour la beauté de ses fleurs, il a un bilan écologique irréprochable, de sa culture à la filature. Aucune énergie ni solvant n’est nécessaire.

Il a la particularité d’être une fibre longue (150 à 200 mm) ce qui le distingue des fibres courtes comme le coton ou moyennes comme la laine. Sa longeur et sa finesse (de 7 à 40 microns) lui confèrent un aspect brillant et soyeux.

Fluide et aéré, le lin est d’un toucher et d’un contact très agréables. Anallergique et doté d’un fort pouvoir respirant, il laisse s’évaporer l’eau rapidement, il est indispensable pour la belle saison, notamment durant les fortes chaleurs.

Il est confortable mais il se froisse facilement.

Son net avantage reste sa résistance. C’est une des fibres les plus solides. Il dure longtemps sans se déformer et ne peluche pas offrant à votre linge une tenue impeccable dans le temps.

Entretien

Les plus précautionneux opteront résolument pour un entretien à sec toutefois le lin s’entretien comme le coton et supporte de fortes températures à l’exception des fils de couleur. Cette fibre est cependant plus fragile que le coton il est donc préférable d’utiliser des concentrations de lessive plus faible ou adaptées spécial Lin.

Faire sécher suspendu après avoir secoué pour défroisser et surtout à l’ombre du soleil qui pourrait faire pâlir les couleurs. Pour le repassage le lin supporte de fortes températures  il est préférable d’utiliser une pattemouille afin de ne pas écraser la maille.

Fiche matière d’origine synthétique

L’Acrylique

L’acrylique a été inventé en 1942 durant la seconde guerre mondiale par un chimiste Allemand, Herbert Rein et industrialisée en 1948 par une société américaine.

C’est une matière dérivée du plastique, obtenue par synthèse et réalisée à partir de pétrole comme toutes les matières textiles synthétiques.

Elle est légère, douce et soyeuse de ce fait elle est très souvent mélangée avec de la laine (les plus rêches) car elle apporte de la douceur. 

Elle est très bon marché, très résistante à l’usure, ne se déforme pas au lavage et est facile d’entretien.

L’acrylique a un rendu très similaire à la laine sans en avoir pour autant les propriétés. En hiver, elle joue un très bon rôle d’isolant ce qui permet de la porter quelque soit la saison mais elle est très peu respirante et conserve les odeurs. Comme toutes les matières synthétiques elle n’est pas thermorégulante.

De par leur caractéristiques les acryliques ont les avantages de proposer des gammes infinies de coloris et de textures différentes.

Entretien

L’acrylique est une fibre qui bouloche assez facilement, il faut donc prendre quelques précautions lorsque vous lavez vos vêtements.

L’idéal est de retourner vos vêtements, de ne pas trop remplir votre machine et de choisir un cycle court avec un essorage réduit.

Pour la température, vous pouvez aller jusqu’à 40 degrés maximum

Elle ne nécessite pas forcément de repassage si vous laissez sécher le vêtement étendu à l’air libre et a l’avantage de sécher rapidement.

La Viscose

La Viscose est une fibre artificielle d’origine naturelle apparue à la fin du XIXe siècle à partir des travaux du Comte de Chardonnet et Delubac. Elle est créee à partir de la cellulose provenant en grande majorité du bois ou des déchets de coton mais elle peut aussi être issue des algues, de végétaux (soja, maïs) ou de la caséine de lait puis subit une transformation chimique.

Son aspect est soyeux et brillant d’où son nom de soie artificielle.

Ses propriétés sont proches de celles du coton : peu élastique, froissable mais ne feutre pas. La Viscose est très respirante, douce au toucher mais c’est une matière très peu absorbante, ce qui est un avantage l’été. Au contraire, l’hiver elle a un pouvoir isolant relatif et a tendance à se charger d’électricité statique.

Ses avantages, son prix bon marché, sa solidité et elle est biodégradable comme les fils naturels (et contrairement aux fils synthétiques) même si sa production pollue beaucoup.

Entretien

La Viscose est très facile à entretenir même si comme l’acrylique elle bouloche facilement. Elle n’aura cependant jamais de problèmes au lavage, pas de rétrécissement, pas de perte de couleur, etc. IL suffit donc de laver vos vêtements en Viscose à 40 ou 60°C et de les sécher naturellement et de les repasser mais très légèrement afin de ne pas écraser la maille ….

Dernière modification : octobre 20, 2021