A la découverte de la Box Crochet

Lors de votre prochaine promenade nocturne, levez les yeux et regardez là-haut-tout-là-haut, parmi les étoiles. Sans doute verrez-vous 4 cosmonautes, en route pour la planète GONG.

C’est Virginie, créatrice de la Box Crochet qui a imaginé ces 4 « voyageurs du grand vide » à crocheter en GONG et à personnaliser (une petite photo sous le casque et hop, votre cosmonaute aura le visage de votre choix !).

Dans la Box Crochet « Beam me up » (célèbre réplique de Star Trek, que vous pouvez traduire par “téléporte moi”), vous trouverez « 3 pelotes de GONG, 4 petites boîtes en plastique transparent, un très beau crochet n°3, une aiguille à laine en métal, un marqueur de rang, quelques épingles pour l’assemblage, 60 g de ouate de fabrication française et un livret explicatif très détaillé avec de nombreuses photographies pour vous accompagner pas à pas dans votre réussite et vous transporter lors de vos réalisations. Et bien sûr, quelques goodies comme dans toutes les Box Crochet ! »

 

Envie d’en savoir plus sur Virginie ? Je lui ai justement posé quelques questions :

 

Quand as-tu crée la Box Crochet, qu’est ce qui t’a poussé à te lancer dans ce projet ?

La première Box est sortie en octobre 2017.

Cette aventure est le fruit de ma reconversion professionnelle. J’étais auparavant enseignante de lettres et j’ai choisi de démissionner pour me lancer dans ce projet.

De tous les arts du fil auxquels je me suis adonnée, le crochet est celui qui m’offre la plus grande liberté de création – un sentiment très subjectif j’en conviens ! – N’importe quelle idée me semble réalisable au crochet.

Mon idée est aussi de rendre ce loisir accessible à tous et pour cela, je travaille avec attention l’écriture de mes patrons et recueille consciencieusement toutes les remarques de mes clientes pour modifier mes rédactions. C’est d’ailleurs dans ce sens que j’ai développé l’appli mobile Yummigurumi. Apprendre en s’amusant avec le bonheur de réussir. Et d’avoir sa petite création.

Un concept que j’avais déjà éprouvé, il y a quelques années, alors que je gérais ma petite structure d’enfants en très grandes difficultés scolaires.

Qui t’a appris à crocheter ?

Quelques livres et internet m’ont offert les principes de base. Un peu de patience et l’envie de réussir ont fait le reste.

Où trouves-tu ton inspiration pour tes créations ?

Mon activité me force à passer un temps fou sur les réseaux sociaux. J’y vois beaucoup de créations similaires alors j’essaie de trouver des idées qu’on a moins l’habitude de voir. Pour les amigurumis, je fais des dessins, dans un premier temps ; j’aime beaucoup mélanger des matériaux ( une petite boîte en plastique se transforme en hublot par exemple). Souvent, je pense à la petite histoire qui va les accompagner, pour affiner certains détails. Enfin, j’essaie toujours de n’employer que des points simples. Le défi pour les cosmonautes était l’utilisation très limitée de l’aiguille. Je lis souvent que c’est un peu la bête noire des passionnés de crochet, alors j’ai voulu aussi jouer le jeu.

Qu’as tu apprécié en crochetant le fil GONG ?

J’adore son côté satiné, qui sublime les couleurs. La grosseur du fil aussi, ni trop fin, ni trop épais, c’est un excellent compromis.

 

5 petites choses sur Virginie

 

Le livre que tu dévores en ce moment ?

« Pour quelques milliards et une roupie » de Vikas Swarup, auteur de Slumdog Millionnaire. Un conte de fées moderne. Parfaitement de rigueur pour moi 😉

La chanson que tu as dans la tête ?

« Space Oddity » de David Bowie, dès que je parle de ma box « Beam me up ».

Ta pâtisserie favorite ?

Je vais dire la Pogne, la  pâtisserie de mon enfance, une spécialité drômoise. C’est une sorte de brioche en forme de couronne mais son secret réside dans les nombreux parfums qu’il faut ajouter à la pâte pour obtenir cette saveur unique. Des parfums du Sud en plus !

Un animal de compagnie ?

Un chien et deux chats qui sont maintenant mes collègues de travail. Mais ils ne travaillent pas beaucoup je trouve…:)

Une astuce crochet préférée ?

Oui… mais je n’ose plus l’utiliser : la double maille serrée ou certains disent « maille serrée élastique ». J’adore son rendu qui donne un effet étoilé et en plus, elle est très facile à réaliser, ce qui ne gâche rien.  Je l’employais tant à la place de la maille serrée que lorsque j’ai rédigé les patrons de ma toute première box, je l’ai appelée « maille serrée » sans plus de précision. Voilà qui était une bien vilaine et honteuse erreur car entre les deux, les dimensions de l’ouvrage changeaient. Mais heureusement, on apprend de ses erreurs… !

☆☆☆☆

 

Top non ?

Pour acheter ou offrir la box crochet « Team me up », c’est par ici !

Les derniers posts Plass'au Tricot